26/04/2012

The Avengers : un "blockbuster" à la hauteur de son "buzz"


The Avengers
: 4 / 5


Fans de super-héros et de films à grand spectacle, rassemblement ! The Avengers de Joss Whedon est enfin arrivé et est miraculeusement à la hauteur du « buzz » qui l'entoure depuis plusieurs années. A l'origine, une simple séquence après le générique de fin d' Iron man, annonçant le projet « Avengers » de la bouche de Nick Fury (Samuel L. Jackson, alias Mister Cool), avait fait saliver tous les connaisseurs de Marvel Comics. 

Entre temps, suite au ratage d'un Iron Man 2 pourtant prometteur et à une série de divertissements honnêtes mais pas exceptionnels, les attentes avaient été un peu revues à la baisse. C'était compter sans Joss Whedon, créateur de séries cultes (Buffy contre les vampires, Firefly) et scénariste de l'acclamée Astonishing X-men pour Marvel Comics. Aux manettes de ce « blockbuster », le réalisateur semble réaliser un rêve d'enfant / adolescent avec un enthousiasme communicatif.


En se passant de préambules superflus, The Avengers plonge immédiatement le spectateur dans le vif du sujet. Que ceux qui n'ont pas vu les épisodes précédents se rassurent, ils peuvent prendre le train en marche facilement, l'argument étant assez simple : l'intrigue tourne autour d'une source d'énergie illimitée dérobée dès la première séquence par le félon Loki qui était déjà l'antagoniste principal dans Thor. S'ensuivent un affrontement et une course-poursuite qui donnent le ton d'un film qui se déroule à un rythme ébouriffant sans jamais regarder en arrière.

Mais The Avengers n'est pas dépourvu pour autant d'une certaine finesse dans sa construction. Ainsi, plutôt que de présenter immédiatement son équipe super-héroïque réunie au grand complet, Whedon s'intéresse d'abord aux personnages un à un, chacun ayant sa scène pour briller . Cette structure joue en la faveur de la Veuve noire, personnage effacé et peu convaincant de Iron man 2 : en une scène de combat virtuose et une autre de grand bluff face à Bruce Banner (sous sa forme humaine), Scarlett Johansson parvient à imposer une héroïne sexy et redoutable. Ailleurs, une scène résume efficacement ce qu'il faut savoir sur Captain America en quelques flashes souvenirs, tandis qu'une autre brillamment dialoguée entre Tony Stark, Pepper Potts et l'agent Coulson renoue avec la fraîcheur du premier Iron man. Whedon retarde intelligemment l'entrée en scène des deux membres de l'équipe les plus impressionnants, j'ai nommé Thor et l'alter-ego de Banner, avec un sens du « timing » imparable pour ce qui relève du spectaculaire.


Car si ces préliminaires sont réussis, la réelle force de The Avengers est de proposer un spectacle gigantesque riche en moments extatiques. Les face-à-face entre héros charismatiques et individualistes sont jouissifs, qu'il s'agisse d'affrontements physiques ou de joutes verbales ; et la façon dont Whedon repousse les limites des scènes d'action en privilégiant l'espace aérien est tout simplement vertigineuse. Dans le dernier mouvement du film, le spectateur a droit à une bataille épique à couper le souffle, où le réalisateur organise de main de maître l'action sur différents fronts. Il multiplie alors le plaisir du spectacle tout en gardant à l'esprit une vue d'ensemble illustrée par un plan-séquence magistral qui réunit les différents héros aux quatre coins de New York. Au service de l'imagination visuelle débridée de Whedon, les effets spéciaux sont éblouissants.

Pour résumer, The Avengers s'impose pour l'instant comme le divertissement « fun » de l'année. Il reviendra à The Amazing Spider-Man de le surpasser, plutôt qu'à The dark knight rises qui s'annonce résolument plus sombre ; mais l'objectif sera dur à atteindre pour le film de Marc Webb, tant il est difficile de trouver le moindre défaut dans le métrage de Whedon. Tout au plus sera-t-on frustré de ne pas voir davantage certains héros (notamment Thor ou Œil de faucon, un peu en reste), mais ce désir d'en avoir plus témoigne aussi du plaisir pris devant ce film d'une qualité exceptionnelle.

En bref : à ne pas manquer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire