31/12/2011

Ten movies to midnight


En cette fin d'année je vous propose le décompte des 10 films qui ont marqué pour moi 2011. Ce classement est bien entendu totalement subjectif donc ne vous offusquez pas trop de l'absence de certains films que vous avez adorés au profit d'autres que vous avez détesté. Cependant je vous encourage vivement à me faire part de vos commentaires (courtois, cela va sans dire) ou de vos classements personnels (ou film préféré de l'année, en argumentant si possible).


10/  Les aventures de Tintin : le secret de la Licorne


Après les retrouvailles ratées avec Indiana Jones, Spielberg s'est racheté en nous proposant le film le plus divertissant de cette année. Une aventure au rythme endiablé qui laisse à bout de souffle, sublimée par la beauté esthétique du procédé de "performance capture" et les libertés de mise en scène qu'il permet. La séquence de l'abordage surréaliste du bateau, avec ses transitions visuelles multiples et étourdissantes tissant un lien entre l'action au passé et son récit passionné au présent, est l'expression ultime de la fluidité d'un film en mouvement constant dans lequel on embarque émerveillé.

9/ La guerre est déclarée


Un film qui se déroule en grande partie dans un hôpital et qui parvient à ne jamais verser dans le pathos, c'est l'exploit qu'a réussi à réaliser Valérie Donzelli. De l'épreuve qu'elle a affrontée avec son ancien compagnon Jérémie Elkaïm, la réalisatrice a tiré le film un des films les plus euphorisants de l'année. Traversé par le souffle de vie de la mise en scène débridée et inventive de Donzelli,  La guerre est déclarée est un beau film de survie qui change des agonies hospitalières lentes et pesantes, dont Toutes nos envies était cette année un des malheureux représentants. C'est aussi la plus belle histoire de couple de l'année, comme en témoignent la merveilleuse séquence d'ouverture de bonheur à deux, entre couse effrénée dans Paris et baisers échangés à l'arrêt, ou le moment poétique d'une chanson en duo qui abolit les distances pour mettre les visages des amoureux côte à côte.

8/ We need to talk about Kevin


Un nom : Tilda Swinton. Dans ce film de Lynne Ramsay, L'actrice anglaise livre la performance de l'année en incarnant une mère qui porte le fardeau d'un enfant monstrueux et de l'acte irréparable qu'il a commis. Autour de sa superbe interprétation toute en retenue, le film construit une tension efficace, oscillant entre un quotidien devenu oppressant et une inquiétude croissante dans des flashbacks où le comportement de l'enfant devient de plus en plus agressif. Le style expressionniste de Lynne Ramsay convient parfaitement à ce récit horrifique, produisant des images sensationnelles telles le travelling avant sur une pupille dans laquelle se reflète une cible ou un salut final de Kevin glaçant. Quant aux litchis, personne ne les verra plus du même œil.

7/ A dangerous method


Certains diront qu'il ne s'agit pas du film le plus marquant de Cronenberg. Mais c'est ne pas tenir compte de sa mise en scène magistrale au service d'un sujet qui n'appelait pas à l'extravagance débridée. C'est aussi passer sous silence son charme indéniable, le romantisme paisible et envoûtant de moments de cinéma d'une belle simplicité, tels que le couple de Jung et Spielrein voguant enlacés sur un lac ou leur échange qui clôt le film, solaire et mélancolique. Et c'est oublier une prestation bluffante de ses trois acteurs principaux, Michael Fassbender en tête, aussi convaincant en intellectuel du début du siècle qu'en accro au sexe (Shame) ou qu'en mutant super-puissant et torturé (X-men : le commencement). Plus que Ryan Gosling, c'est lui l'acteur de l'année.
 
6/ L' Apollonide - souvenirs de la maison close


Combinant récit naturaliste de la vie des prostituées dans une maison close et envolées baroques, au bord du rêve, l'ambitieux film de Bertrand Bonello réussit miraculeusement sur les deux plans. La multitude de personnages (tous incarnés par des acteurs et actrices excellents) lui confère une épaisseur romanesque rare, au service d'une réflexion complexe sur le désir et les fantasmes. Quasi huis clos, le film trouve une respiration salutaire dans une magnifique partie de campagne ensoleillée : là les filles objets reprennent vie, rient et s'amusent. L'échange joué alors par Céline Sallette avec le client dont le visage est dessiné sur sa cuisse est un des instants les plus gais de l'année. Un moment de grâce sauvé de la tragédie.

5/ The tree of life


Le film le plus étourdissant de l'année, flux d'images extraordinaires moins dicté par une narration que par une logique mystérieuse, à la recherche d'un langage poétique. L'entreprise de Malick ne réussit pas à tous les coups, et certains ratés restent en mémoire (dont la découverte de la compassion par un dinosaure, le discours en voix off un peu naïf par moments). Cependant ces quelques faux pas sont largement rattrapés par des instants en apesanteur, magiques, de la naissance lumineuse et émerveillée d'un premier enfant au rassemblement final onirique de tous les personnages au bord d'une plage. Objet filmique non identifié, la palme d'or 2011 est tout simplement du grand cinéma.

4/ Habemus papam


On attendait un pamphlet anticlérical, Moretti livre une fable pleine d'humanité sur le pouvoir et les responsabilités qui en découlent. Après un prologue somptueux, le réalisateur italien propose deux films en un : d'un côté la comédie la plus réussie de l'année, avec ces cardinaux assignés à demeure qui doivent tuer le temps, et de l'autre le drame le plus touchant de l'année, avec un pape angoissé qui trouve une échappatoire dans un rêve de jeunesse. Généreux et servi par un Michel Piccoli au sommet et des acteurs attachants, Habemus papam est un grand film qui s'offre comme le miroir d' un monde contemporain en crise, symbolisé par le balcon au rideau rouge devant lequel le pape refuse de se présenter. Mais Moretti parvient à ne jamais verser dans un pessimisme déprimant.

3/ Le gamin au vélo


En cette période de crise économique, qui aurait cru que les frères Dardenne proposeraient leur film le plus solaire ? La relation entre Cyril et Samantha (Thomas Doret et Cécile de France épatants) est la plus belle que le cinéma nous a proposé cette année, une histoire d'amour qui passe par les gestes et les actes et n'a pas besoin d'être expliquée. Sobre et simple, Le gamin au vélo trouve dans sa forme limpide une évidence proche du néoréalisme italien. Il offre la fin la plus émouvante de l'année, parce que les Dardenne choisissent pour la première fois une issue heureuse à ce qui s'annonce comme une scène tragique, le plus bel hommage à l'amour vital qui unit les deux héros du film.

2/ Melancholia


Lars von Trier n'aura donc pas échappé à son goût pour la provocation en tenant un discours douteux lors d'une conférence de presse au festival de Cannes. Dommage car son dernier film mérite tous les éloges et est resté pendant longtemps l'événement cinématographique de cette année 2011. Une œuvre ambitieuse sur le fond puisqu'elle ne raconte pas moins que la fin du monde en deux temps, d'abord par le dérèglement d'un rite social puis à l'échelle intime ; mais aussi sur la forme, passant du baroque kitsch au réalisme brut puis à l'épure sublime. La fin apocalyptique où les personnages solidaires s'isolent sous un abri symbolique en attendant leur inévitable fin dont le grondement croissant et assourdissant laisse ensuite place au silence est la scène la plus impressionnante de l'année.

1/ Il était une fois en Anatolie


Avec ce faux récit policier qui devient errance dans la campagne turque, Nuri Bilge Ceylan signe le film le plus extraordinaire de l'année 2011, à la fois ancré dans le quotidien concret de ses personnages riches et complexes, et nimbé d'une aura métaphysique. On a beaucoup commenté (et parfois moqué) le plan insolite d'une pomme suivie alors qu'elle dévale une pente ou la grâce d'une scène où un groupe d'hommes se fait servir le thé par une apparition angélique, dans une lumière qui évoque Rembrandt. Mais selon moi la scène la plus frappante est celle où Nuri Bilge Ceylan parvient à faire communiquer les âmes de ses personnages, en jouant sur une confusion entre voix off et dialogue inscrit dans le récit. Un moment magnifique qui ne peut se produire qu'au cinéma, où le découpage ouvre sur une essence invisible et mystérieuse.

5 commentaires:

  1. Je suis peu allé au cinéma cette année, et je n'ai vu que The tree of life dans ton classement...que j'ai aimé avec des réserves.

    C'est surement le moins accessible des Malick, qui à la base n'est déjà pas un entertainer. L'histoire en elle-même passe au second plan, au profit d'une narration dilatée et abstraite.
    En plus des faux pas que tu as souligné, je rajouterais qu'il y a des répétitions. D'où l'impression que ça avance encore moins que le postulat de départ ne le laissait présager.
    On a le droit de s'ennuyer, de ne rien comprendre, mais c'est avant tout une réelle expérience philosophique, voire mystique, et esthétique.
    A beaucoup expérimenter on prend le risque de s'égarer en chemin, et je pense que Malick n'a trouvé l'équilibre parfait que dans La ligne rouge.

    Sinon, mon propre classement serait :

    3 - Drive
    Beaucoup de classe minimaliste dans la mise en scène et l'interprétation, où la violence fait irruption avec fracas. L'histoire d'un anonyme qui le restera, malgré son héroïsme.

    2 - Arrietty
    Du classique chez Ghibli, avec un personnage de jeune fille téméraire à la découverte du monde. Moins inventif et fougueux qu'un Miyazaki, mais très maîtrisé.

    1 - Fighter
    Un peu comme Rocky, ce n'est pas un film sur la boxe. C'est la chronique sociale d'un homme sur qui repose beaucoup d'espoirs. Son parcours laborieux, entouré d'une galerie de personnages pittoresques. C'est aussi une histoire fraternelle très émouvante.

    Dans le même genre j'ai aussi aimé Warrior.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai pas vu tous les films de ton classement, moi non plus. Je suis d'accord avec Alexis sur The Tree of Life, c'est un film difficilement accessible, même si certaines scènes touchent au sublime.
    Mes films préférés de 2011 sont:
    10. Restless
    9. Never Let Me Go. Ce sont 2 films qui présentent une idée de la mort complètement opposée à celle du monde occidental et le thème est traité avec beaucoup de retenue. C'est ça qui fait la réussite d'un drame pour moi: la retenue ! (je déteste les grands torrents de larme type Les petits mouchoirs)
    8. Mission Impossible: Protocole Fantôme. C'était FUN !
    7. La piel que habito. Très dérangeant. J'aime être "bousculée" au cinéma, et Almodovar n'épargne pas ses spectateurs !
    6. Source Code: De la science-fiction traitée de manière très réaliste, et passionnant de bout en bout.
    5. Four Lions. Peu de gens ont vu ce film en France, et c'est bien dommage, parce que les aventures de ces 4 wanna-be terroristes complètement à côté de la plaque sont hilarantes. Le réalisateur a vraiment réussi son coup, car à aucun moment il ne défend les actions de ses personnages, ni ne cherche à les rendre détestables. Ils sont simplement humains. Le film le plus politiquement incorrect que j'ai jamais vu!
    4. Animal Kingdom. Passionnant, superbe.
    3. Super 8. Je suis redevenue une enfant de 10 ans pendant 2 heures.
    1er exaequo (j'ai pas pu choisir): Black Swan et Melancholia. J'ai été submergée dans l'univers de ces films plus que dans aucun autre cette année, j'ai trouvé la détérioration psychologique de ces 2 personnages terrifiante dans le premier et très juste dans le second, et les 2 films offraient un final qui m'a laissée sans voix.

    RépondreSupprimer
  4. Bon, je n'ai vu que 21 films sortis en 2011, donc forcément, ce n'est pas dur de rentrer dans mon top 10 que voici : 10 - True Grit, 9 - L'agence, 8 - La planque, 7 - Hugo Cabret, 6 - Au-delà, 5 - Case départ, 4 - Or noir, 3 - Rien à déclarer, 2 - Time out, 1 - Minuit à Paris.
    Comment as-tu oublié notre ami Woody au sommet de son art, qui dans un style rappelant la rose pourpre du Caire a rendu un hommage aux nombreux courants culturels passés par Paris avec une originalité et une poésie magnifique tout en posant une réelle réflexion philosophique.
    Mon choix de mettre Time out en 2 sera peut-être plus controversé mais pour moi c'est vraiment le scénario de l'année, un concept absolument terrifiant finalement pas si éloigné de notre modèle socio-économique et qui fait vraiment réfléchir.
    Rien à déclarer en 3, oui j'assume, mort de rire du début à la fin avec des comédiens exceptionnels, tout comme case départ et la planque, tout ce qu'on demande à une comédie burlesque.
    Enfin la palme du navet 2011 est attribué à Very bad trip 2, je ne m'étendrais pas plus, ce film ne mérite même pas que je lui consacre ces 3 lignes.
    Bref, il est bientôt minuit à Paris, au-delà, je serai hors-délai et malgré ma vraie détermination, je n'ai plus rien à déclarer. Demain, un week-end de 127 heures avec passage à l'agence, carnage dans la planque, ravitaillement d'un peu d'or noir, et retour à la case départ, c'était le discours d'un roi (bon ok, la dernière phrase manque légèrement de modestie)
    Olivier CORNU

    RépondreSupprimer
  5. Bravo pour le paragraphe final, c'était tout bonnement sensationnel. Je n'ai pas oublié notre ami Woody, mais les films de mon top 10 sont tous excellents et il fallait bien faire un choix. Cela dit il figure au moins dans mon top 15. Pas vu "Time out", ni "Or noir", ni "Case départ". "Rien à déclarer" et "Case départ" sont sympathiques, on y passe de bons moments mais comme "Intouchables" ça ne me marque pas assez pour figurer dans le top. "Au-delà" est très bien par contre, ça figurerait dans mon top 20, tout comme "Hugo Cabret". "True grit" a par contre été une de mes déceptions de l'année, trop classique pour les Coen après leur chef d'œuvre précédent (oui j'ai bien dit chef d'œuvre!) "A serious man".

    RépondreSupprimer